Tanville – Création d’un café-restaurant-bar-épicerie dans une petite commune – 20 octobre 2023

Visite organisée en partenariat avec

Située au cœur de la forêt d’Ecouves dans l’Orne, dans le Parc Naturel Régional Normandie-Maine, Tanville est une commune de 230 habitants bordant l’axe Sées – La Ferté-Macé.

Depuis 2010 , l’école du village est fermée et son bâtiment inutilisé. En novembre 2020 le conseil municipal décide de le transformer en un espace vivant, avec un café-restaurant-épicerie-bar d’un côté, et un espace pour un tiers lieux de l’autre. En février 2020 les travaux sont lancés et le restaurant ouvre fin 2022.

Informations techniques :

– 230 000€ de budget de fonctionnement

– 1200 hectares de superficie, dont 600h de forêt et 600h de Surface Agricole Utile

[Vidéo Tanville à venir] #

Le bâtiment #

L’ancienne école est en pierre. Initialement, seule une partie du bâtiment devait être rénovée, finalement il le sera entièrement (seul l’aménagement de l’étage reste à faire).

Aujourd’hui, le chauffage est au granulé de bois, via un chauffage au sol. L’isolation intérieur est en laine de verre.

Le toit est couvert de panneaux solaires d’une puissance totale de 9 kW, qui rapportent environ 200€/mois pour 20k€ d’investissement subventionné à 80%.

Le restaurant-bar-café-épicerie #

Répartis en deux salles (+ la cuisine), le restaurant peut servir 30 couverts.

Une première salle avec un bar, la seconde où se trouve la partie épicerie et le point poste.

Le loyer est de 125€/mois la 1ère année, puis 250€/mois si le commerce fonctionne.

Point poste : Le restaurant est payée 350€/mois pour héberger un point poste, qui a pu être ouvert car la commune est à une quinzaine de kilomètres d’un bureau de poste.

L’équipement de la cuisine a coûté 32k€

Trouver un porteur de projet #

Avoir un bâtiment refait à neuf ne suffit pas pour faire un lieux vivant.

Pour trouver la « perle rare » après une tentative non fructueuse, la mairie a fini par poster au printemps 2021 une annonce sur les réseaux sociaux. Parmi les sept réponses, celle de Virginie, qui habitait déjà la commune, travaillait déjà dans la restauration et cherchait à se rapprocher de chez elle.

Pour l’aider à se lancer et à faire vivre le lieu, la mairie a signé un partenariat avec la Scène Nationale, pour recevoir à deux reprises en résidence des artistes pendant une semaine. Ces derniers ont organisé une balade artistique en forêt et un spectacle pour l’ouverture du restaurant, qui reste des moments mémorables pour de nombreux habitants

Afin que le restaurant puisse bénéficier d’une Licence IV, la mairie a fait jouer la loi de 2019 qui était une dérogation devant se terminer en décembre 2022. Mais finalement cette dérogation est maintenue.

Le contrat qui lit la commerçante à la mairie est un simple bail commercial.

L’espace « tiers-lieu » #

L’association Grandir Ensemble Autrement est en charge de l’animation de l’espace « tiers-lieu », une salle d’une quarantaine de mètres carrés où l’on retrouve des livres pour enfants, des fauteuils et des tables.

L’association propose, au travers de l’aide aux devoirs et de l’aide à l’outil informatique, de renforcer le lien ainés-enfants. D’autres ateliers sont organisés comme de l’initiation aux échecs, l’éveil musical et des soirées jeux de société.

Grace à la reconnaissance du lieu comme « Espace de vie social » par la Caisse d’Allocation Familiales (CAF), l’association bénéficie d’une subvention de la CAF qui permet de rémunérer à mi-temps un animateur.

La population touchée est celle de Tanville, mais aussi de 5-6 communes alentours.

Cet espace « tiers-lieu » est pour l’association, qui existe depuis 2012, un endroit où donner rendez-vous aux bénéficiaires car elle n’avait pas de locaux jusque là.

Le lieu est loué par la mairie 130€/an. La pièce a son propre compteur d’électricité et son compteur de chauffage.

L’espace coiffure #

Entre le restaurant et l’espace « tiers-lieu », un couloir donne accès aux toilettes mises aux normes. Une fois par mois, une coiffeuse y tient un salon de coiffure.

Vélo électriques #

Dans la cadre du même projet, la commune a investi dans 7 vélos électriques afin de les mettre à disposition des habitants et des touristes.

Ils sont gérés par l’association D’Ecouves Verte, en délégation de services publique, gratuitement. Cette association les loue à 60€ la semaine.

Un artisan l’Amicyclette  se charge de l’entretien de ces vélos. Il vient en plus une fois par mois pour réparer et vendre des vélos sur la commune.

En termes financiers, chaque vélo a couté 1900€, subventionné à 80% grâce au fait que ces achats s’inscrivent dans un projet global.

Afin de pouvoir récupérer la TVA, ces vélos ont été acheté sur un budget annexe.

Financements des travaux #

650k€ d’investissement, avec 80% de subvention

La commune a fait un emprunt de 116k€ sur 15 ans à 0,75%. Cet emprunt a permis de payer les entreprises au plus vite en attendant les remboursements.

Initialement, un budget de 560k€ était prévu. Mais des surcoûts, comme celui lié au désamiantes et plomb (+17 000€) alourdissent le budget.

Initialement, les aides représentaient plus de 80% de la somme total, mais le montant final ayant augmenté, ce pourcentage n’a pas été dépassé.

L’étude de faisabilité servant à estimer le montant des travaux a couté 15 000€ et n’a pas été subventionné.

Les aides :

  • 150 000€ de subvention d’Etat (DSIL);
  • 268 000€ grâce au FNADT;
  • 10 000€ de la Poste
  • 6200€ du Département

Partenaires : Préfecture de département et de région, la CAF, la Poste. Ingénierie61 pour le conseil et le montage de subvention

La préfecture a été invitée à venir visiter le bâtiment avant le début des travaux, afin que la Préfète puisse voir la différence entre l’avant et l’après travaux.

Pour en savoir plus #

Et la prochaine visite? #

Cette visite s’inscrit dans une démarche de partage d’expérience entre communes de Normandie.

Vous souhaitez :

  • Participer à la prochaine visite?
  • Présenter une réalisation dans votre commune?
  • Vous impliquer dans la dynamique?